SOROPTIMIST INTERNATIONAL
SOROPTIMIST INTERNATIONAL

Les projets et les actions du Club Genève-Fondateur

 

Vendredi 25 novembre 2016, à la tombée de la nuit,
le phare des Pâquis et le Jet d’eau ont été éclairés en orange

Dans le cadre des seize jours d’activisme pour l’élimination des violences envers les femmes, le Club service Soroptimist International Genève-Fondateur s'est mobilisé pour sensibiliser l’opinion publique.
 
Les violences envers les femmes continuent d’être une pandémie mondiale. Loin de se limiter à quelques cas isolés, la violence physique ou sexuelle concerne une femme sur trois dans le monde.
 
Plus près de nous, en Suisse, une femme sur 5 (nationalité, classe sociale et âge confondus) souffrira au cours de sa vie de violences physiques, sexuelles ou psychiques, le plus souvent cachées.
 
A partir du 25 novembre, Journée internationale des Nations Unies pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, jusqu’au 10 décembre, Journée Internationale des Droits de l’Homme, des ONG et des femmes du monde entier se sont lancés dans une mobilisation orange (#orangetheworld) pour attirer l’attention sur cette grave violation des droits humains, basée sur le genre.

Le Club Soroptimist International Genève-Fondateur s’engage à nouveau par une action originale et forte en couleur : nous avons demandé d’éclairer en orange deux bâtiments emblématiques de notre ville pour attirer l’attention d’un large public sur ces violences, trop souvent passées sous silence. Nous souhaitons ainsi accroître la prise de conscience et mobiliser les autorités et la population afin d’apporter un changement.

Photos aux Bains des Pâquis par Christian Pfahl. 

                                         
                                           
  
                                                                                        
        



 

2016 - "Brooklin" : avant-première cinéma en faveur de
"Graines de Paix", en collaboration avec le club Kiwanis-Lac


Le 7 mars 2016 les clubs Genève-Fondateur et Kiwanis-Lac se sont associés pour organiser une soirée avant-première au cinéma Balexert en faveur de l'organisation "Graines de Paix", une ONG qui développe des solutions éducatives pour pérenniser la paix. 

Ses activités comprennent le développement et la mise en oeuvre de concepts, de programmes nationaux de formation d'enseignants et de matériels d'éducation aux valeurs et compétences humaines, sociales, interculturelles et citoyennes. Elle est neutre sur les plans politique et religieux. 

Près de 300 personnes étaient présentes pour soutenir le projet et un chèque de 12'000 CHF a été remis à Delia Mamon, présidente de Graines de Paix.
http://www.graines-de-paix.org
      
                                                                                   

                 



                                                                 




                  

2015 - Lutte contre la violence envers les femmes

Samedi 28 novembre 2015, à 15h00, à la Treille - Mobilisation orange contre les violences conjugales 

Record pour la bonne cause : plus de 400 personnes ont pris place sur un seul et même banc, à la Treille, à Genève. Elles arboraient un tee-shirt orange ou un autre accessoire de la même couleur, symbole du ralliement mondial contre les violences faites aux femmes.

L'action a été organisée conjointement par le Club Soroptimist Genève-Fondateur et Solidarité Femmes pour dénoncer les violence conjugales, psychiques ou physiques. La violence conjugale touche 1 femme sur 5 durant sa vie de couple, sans distinction d'âge, de niveau d'éducation ou de nationalité, et concerne actuellement 8'000 femmes dans le canton de Genève

Le Jet d’eau a également  été illuminé en orange dès la tombée de la nuit. 
Pourquoi la couleur orange ? C'est la couleur choisie par ONUFEMMES pour la campagne mondiale contre les violences envers les femmes

Photos sur la Treille par Alain de Ferron
                                                                                                                                                                            


 
Le record a été filmé par le cinéaste Richard Dindo et enregistré par Recordsetter 
https://recordsetter.com/world-record/people-sitting-bench-wearing-orange/44995
 

D'autres reportages vidéo sur les liens suivants
http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Un-record-pour-denoncer-la-violence-faite-aux-femmes-24597251#showid=154608&index=5
 
http://www.lemanbleu.ch/fr/Les-infos/Mobilisation-orange-a-la-Treille.html
 
 
  

               

 
               


 

2014 et 2015 - Récolte de fonds et vente de tulipes

Nos membres ont bravé la bise pour vendre en mars de magnifiques bouquets de tulipes genevoises sur la place de la Fusterie, avec l'aide d'amies et de pensionnaires du Coeur des Grottes. La somme récoltée s'ajoute à celle réunie lors de notre dernier dîner et est versée dans le fonds du club pour la lutte contre la violence faite aux femmes. Elle servira à financer la formation professionnelle d'une autre femme victime de violence, pensionnaire du Coeur des Grottes.

 

2012-2013 - Victime de la traite humaine … et après ?

Les membres du club Genève-Fondateur ont voulu poursuivre leur engagement pour la lutte contre contre la traite humaine. Après la table ronde intitulée « Victime de la traite humaine … et après ? » (voir plus bas) organisée en 2012 par les deux clubs Soroptimist genevois et l’Institut universitaire de hautes études internationales et du développement, Genève-Fondateur a donc décidé de soutenir une femme victime de la traite  DANS NOTRE VILLE !  Après avoir terriblement souffert cette jeune personne reconstruit aujourd’hui avec courage sa vie, merveilleusement aidée par l’Association du Cœur des Grottes. Elle vit actuellement dans ce foyer, avec d’autres femmes également victimes de toutes sortes de violences.  

C’est ainsi que le 8 mars 2013 les membres du club Genève-Fondateur, installées sous leur nouvelle tente solidement plantée au milieu de la place de la Fusterie, ont bravé les giboulées de printemps et offert des tulipes multicolores aux genevois transis et pressés. Nous étions aidées dans nos efforts par les pensionnaires du Cœur des Grottes qui, pleines d’enthousiasme communicatif, ont régalé les passants de leurs plus beaux sourires ! En quelques heures notre stock était épuisé, au grand dam des équipes suivantes qui n’avaient plus rien à vendre …. A signaler que le même week-end touts les clubs Soroprimist de Suisse vendaient des tulipes pour leur diverses actions.

Le revenu de notre action, additionné à celui d’un dîner ceinture, a contribué au financement des études que notre jeune protégée suit auprès de la Croix Rouge Genevoise, dans le domaine de la santé. Un chèque a été remis le 13 mai 2013 à cette jeune femme.

2013 - Octroi d'une bourse, avec l'Union suisse, pour le financement
de la dernière année de doctorat d'une étudiante

Il y a quelques années nous avons fait la connaissance d'une jeune femme, au bénéfice d’un Bachelor of Arts en études internationales et d’un Master en affaires internationales, axé sur les droits humains, la bonne gouvernance et la solution de conflits, venue à Genève en vue d’obtenir un doctorat à l’Institut universitaire d’études internationales et du développement. Son travail portait sur le rôle des ONG dans les pays de l’Est dans la lutte contre la traite des êtres humains.
 
Notre club lui a octroyé un premier petit soutien financier afin qu'elle puisse se rendre, en tant que représentante bénévole du Comité national suisse de ONU FEMMES (UNIFEM), à New York pour une conférence organisée par l’ONU (thème : l’élimination de la violence faite aux femmes – juillet 2009) ; depuis, notre club l’a soutenue chaque année en finançant en partie son travail de terrain sur la traite des êtres humains en Bosnie, Serbie et Moldavie. Nous l’avons également mise en contact avec les Clubs soroptimist de Bosnie et Moldavie, qui lui ont fourni logement et assistance. En mars 2013 elle nous a aidées avec talent à coordonner la table ronde organisée par les clubs Genève-Fondateur et Genève-Rhône sur les victimes de la traite humaine et leur réinsertion (voir plus bas)

En 2013 nous avons été heureuses de contribuer, avec l'Union Suisse, à couvrir une partie des frais d'études à travers une bourse et c'est avec fierté que nous avons appris qu'elle a obtenu son doctorat en novembre 2013, avec la mention "Magna cum Laude". Nous sommes certaines qu'elle connaîtra plein succès pour la suite de ses projets personnels et professionnels.

 

2012 - Organisation d'une table ronde sur la lutte contre la traite des femmes par les clubs Genève-Fondateur et Genève-Rhône : « Victime de la traite d’êtres humains … et après ? »

Le 6 mars 2012 a eu lieu à Genève un débat sur la traite des êtres humains, co-organisé par les clubs Genève-Fondateur, Genève-Rhône et l’Institut de hautes études internationales et du développement. Le panel était composé de « H », une jeune femme attirée à Genève par des promesses de mariage et de travail – et victime de la traite pendant des années dans notre ville - , Anne-Marie von Arx (membre du club Genève-Fondateur et directrice du Cœur des Grottes), Laurent Knubel (direction du service de la coordination contre la traite d’êtres humains et le trafic de migrants, à Berne), Michaëlle de Cock (Office International du Travail, programme d’action spécial pour combattre le travail forcé) et Madeleine Rees (ancienne représentante du HCR en Bosnie et secrétaire générale de Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté). Brigitte Mantilleri, membre du club Genève-Rhône et responsable du bureau de l’égalité à l’Université de Genève, était la modératrice de la soirée.

Le débat a attiré près de 200 participants : étudiants de plusieurs nationalités, associations locales, représentants d’organisations internationales et d’ONG, Soroptimistes des deux clubs et de la Fédération européenne. La table ronde a permis d’explorer ce terrible phénomène - qualifié d’ «esclavage moderne» - des points de vue d’une victime et de quatre experts, investis quotidiennement dans le combat contre la traite des êtres humains. Les intervenants ont décrit le problème tel qu’il se pose aujourd’hui à Genève, en Suisse et au niveau international. La traite des êtres humains représente de nos jours la 3ème source de revenu criminel dans le monde, immédiatement après la vente d’armes et la drogue ! Elle frappe femmes, hommes et enfants, mais les jeunes femmes sont les plus exposées. Les premières causes : la pauvreté et l’instabilité politique qui sévissent sur tous les continents, même en Europe. Des jeunes femmes instruites, à qui l’on promet du travail à l’étranger, peuvent aussi tomber dans ce piège d’où il est si difficile de sortir.

Par l’organisation de ce débat, qui a été suivi de nombreuses questions, les Soroptimistes genevoises ont souhaité mieux comprendre – et faire comprendre - cette horrible forme d’esclavage, qu’il soit sexuel ou domestique. Elles souhaitent ainsi s’engager et témoigner à côté de nombreuses autres Soroptimistes dans le monde.

Programme de la table ronde